1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

ISRAËL Isabelle

Chargée de recherche CNRS

Coordonnées

  • Bureau 86
  • Tél.   0144107816
  • Fax   0143268816 
  • Mail  isabelle.israel [@] neuf.fr

Thèmes de recherche

J'étudie la contribution du système vestibulaire à la perception du mouvement propre (c’est à dire notre propre mouvement) chez l'homme. Des recherches modernes sur ce système sensoriel sont aujourd'hui indispensables, parce que d'une part les moyens de transport qui stimulent essentiellement les systèmes vestibulaire et visuel se multiplient, et d'autre part les chercheurs, les médecins et les industriels tentent de prouver et multiplier les bienfaits de la réalité virtuelle. Or les effets des dispositifs de réalité virtuelle immersifs sont basés sur la vection (cette illusion de mouvement propre produite par la vision), qui stimule le système vestibulaire. Donc ces recherches fondamentales doivent montrer les limites du système vestibulaire, qui peuvent être dramatiques pour un pilote d'avion, et elles doivent diriger les études plus appliquées sur la réalité virtuelle.

Translations

  • J'essaye de comprendre si le système vestibulaire sert à quelque chose chez l'homme, au niveau perceptif (physiologiquement on sait que c'est grâce aux canaux semi-circulaires, qui détectent les rotations de la tête, que nos yeux sont stabilisés pendant ces mouvements, et que les otolithes, qui détectent les accélérations linéaires dont la gravité, nous permettent d'éviter des chutes).
  • Pour étudier le rôle du système vestibulaire, des expériences de transport dans le noir, en rotation ou en translation, ont été menées (le transport était passif ou activement contrôlé).
  • Lors du transport linéaire, les sujets produisent dans le noir des distances trop courtes, qui varient avec la vitesse. Mais nous avons montré que les otolithes sont indispensables pour estimer la distance de transport dans le noir, en tout cas à une vitesse proche de la locomotion. Ces effets de la vitesse dépendent probablement de l’apprentissage (les sportifs parcourent la distance requise quelle que soit leur vitesse de locomotion, par opposition aux non sportifs).
  • Les otolithes ne fournissent pas un signal exact sur l'horizontalité de la tête. Un contrat PICS-CNRS sur la perception de la verticale et l'horizontale posturale est en cours, avec le Prof. B. Hess et le soutien du Prof. H. Mittelstaedt. D’autre part nous avons trouvé, avec Y. Ivanenko et R. Grasso, que les otolithes ne permettent pas non plus de percevoir un trajet circulaire si les canaux ne sont pas stimulés. 

Rotation et cognition

  • Avec les rotations sur place, j'essaye de comprendre quels facteurs cognitifs interagissent avec les messages vestibulaires. Mais comme le mal des transports, les facteurs vestibulo-cognitifs sont idiosyncratiques. Il faut préciser ici que comme les canaux semi-circulaires ne sont stimulés que lorsque la tête bouge, le fonctionnement des réseaux nerveux correspondants ne peut pas être analysé par imagerie cérébrale.
  • Le premier facteur cognitif est le cadre de référence spatial, qui correspond à un style perceptif individuel. Grâce à la méthode de transport actif, le cadre de référence utilisé est observable. Par exemple, pour effectuer un retour au point de départ après une rotation imposée, les sujets peuvent soit retracer le trajet imposé dans la direction opposée dans un cadre égocentré, soit continuer le parcours imposé dans la même direction jusqu'au point de départ, dans un cadre plus exocentré. 
  • Le deuxième facteur cognitif est le temps, puisque quand les sujets doivent estimer l'amplitude du transport, ils comptent mentalement. Donc les erreurs spatiales pourraient provenir d'erreurs sur la perception du temps pendant le mouvement. Nous avons en effet trouvé avec A. Capelli, que notre horloge interne accélère lors du mouvement propre accéléré, et ralentit lors du mouvement décéléré. 

 

Publications récentes

  •  30. Nico D, Israël I, Berthoz A (2002) Interaction of visual and idiothetic information in a path completion task. Exp Brain Res 146: 379-382
  • 31. Siegler I, Israël I (2002) The importance of head-free gaze control in humans performing a spatial orientation task. Neurosci Lett 333: 99-102
  • 32. Féry Y-A, Magnac R, Israël I (2004) Commanding the direction of passive whole-body rotations facilitates egocentric spatial updating. Cognition 91: B1-B10
  • 33. Israël I, Capelli A, Sablé D, Laurent C, Lecoq C, Bredin J (2004) Multifactorial interactions involved in linear self-transport distance estimate: a place for time. International Journal of Psychophysiology. 53: 21-28
  • 34. Israël I, Crockett M, Zupan L, Merfeld D (2005) Reproduction of ON-center and OFF-center self-rotations. Exp.Brain Res. 163: 540-546
  • 35. Israël I, Lecoq C, Capelli A, Golomer E (2005)Vestibular memory-contingent whole-body return: brave exo-centred dancers. Ann. NY Acad. Sci. 1039: 306-313
  • 36. Bertin R, Israël I (2005) Optic flow based perception of two-dimensional trajectories and the effects of a single landmark. Perception 34: 453-475
  • 37. Bredin J, Kerlirzin Y, Israël I (2005) Path integration: is there a difference between athletes and non-athletes ? Exp.Brain Res. 167: 670-674
  • 38. Israël I, Siegler I, Rivaud-Péchoux S, Gaymard B, Leboucher P, Ehrette M, Berthoz A, Pierrot-Deseilligny C, Flash T (2006) Reproduction of self-rotation duration, Neurosci. Lett. 402: 244-248
  • 39. Capelli A, Deborne R, Israël I (2007) Temporal Intervals Production During Passive Self-Motion in Darkness. Current Psychology Letters 2:
  • 40. Capelli A, Israël I (2007) One second interval production task during post-rotatory sensation. J.Vestib.Res.