1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Hommage à Serban Ionescu

 

Le laboratoire CHArt s'associe à Colette Jourdan-Ionescu (son épouse), Julia et Mélody Ionescu-Jourdan, Mathieu (son gendre) et Léon (son petit-fils) afin de vous annoncer le décès de Serban Ionescu - professeur émérite à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) et à l’Université Paris 8 - survenu le 26 septembre 2022 à Trois-Rivières, entouré des siens.

Médecin, psychiatre, psychologue et excellent professeur d’université, Serban a travaillé jusqu’au dernier moment et a publié plus de 30 livres et plus de 200 articles scientifiques. Détenteur de deux doctorats honoris causa (Université de l’Ouest, Timisoara, Roumanie et Université de Liège, Belgique), il a travaillé en Roumanie, au Québec et en France. Au Québec, il a été notamment professeur à l’UQTR et codirecteur du Centre Universitaire de Services Psychologiques. En France, il a été le directeur de l’IED (Université Paris 8), de l’Institut de Psychologie (Paris 5) et vice-président de la Sorbonne. En Roumanie, il a été président de la Fondation internationale pour l’enfance et la famille. Il a été le président de l’AIRHM, a fondé l’Association de recherche Resilio et a organisé maints congrès de par le monde. Infatigable voyageur, il a donné de multiples formations et conférences, dirigé presque 100 doctorants dans de nombreux pays et participé à un grand nombre de jurys de thèse.

 

Jean-François Lambert, Maître de Conférences Honoraire (neurosciences), Ancien Directeur-adjoint de l’IED-Paris 8 a également souhaité lui rendre hommage dans ce texte :



Serban Ionescu, psychiatre et psychologue, était professeur émérite (psychologie clinique et psychopathologie) à l’Université Paris 8/Saint-Denis et à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Membre correspondant de l’Académie de Médecine de Roumanie, il a dirigé le Centre universitaire de consultations de psychologie de l’UQTR, l’Institut de Psychologie de l’Université Paris Descartes (Paris 5), le Centre de recherche « Traumatisme, résilience, psychothérapies » et l’Institut d’Enseignement à Distance (IED), de l’Université Paris 8/Saint-Denis. Il a également enseigné à l’Institut de Philosophie Comparée (IPC/FLPP) où il a largement contribué au renouvellement des enseignements de psychologie clinique et psychopathologie. Son approche résolument non dogmatique de la psychopathologie – approche qu’il définissait comme "transparadigmatique(1)" - et l’importance qu’il accorda à la question de la résilience, ne sont pas sans rapport avec son propre itinéraire dans un pays bouleversé par les conséquences de la seconde guerre mondiale. Alors que – compte tenu de ses origines "bourgeoises" – le pouvoir le destinait à la mécanique automobile, il réussit, non sans difficultés, à faire des études de médecine. Il convenait, certes, d’aller applaudir, au lieu fixé et de façon convenue, le passage de Ceauşescu ou de tel ou tel visiteur étranger (dont le Général de Gaulle !), tout en se réunissant ensuite entre condisciples, non sans oublier d’ouvrir les robinets pour que le bruit de l’eau masque les conversations et protège d’éventuelles (et souvent probables) écoutes. La question de savoir si l’un des condisciples n’était pas lui-même un agent du régime, se posait évidemment, et pesait plus ou moins sur la nature et la spontanéité des conversations. L’intérêt que Serban Ionescu portera plus tard à la résilience et son refus de toute forme de dogmatisme, ne sont certainement pas sans rapport avec ce passé (particulièrement son approche de la résilience culturelle et sa conception de la résilience "assistée"). Serban Ionescu a été un "transmetteur" passionné. Auteur de très nombreux articles et ouvrages spécialisés, il a toujours accordé une attention particulière à l’enseignement. Parmi les manuels dont il dirigea la publication, le Nouveau Cours de Psychologie (co-dirigé avec Alain Blanchet) reste une référence. En tant que Directeur de l’IED, il a contribué à élargir le champ de l’enseignement à distance, et du point de vue disciplinaire (en ouvrant de nouveau cursus), et du point de vue géographique (en concluant des accords de partenariat avec de nombreuses universités étrangères). Tous ceux, étudiants ou collègues, qui – nombreux – ont pu profiter des enseignements et des conseils de Serban Ionescu, garderont de lui le souvenir d’un universitaire exigeant mais attentif à la singularité de chacun, profondément attaché à la pensée critique et toujours vigilant face aux nombreuses formes de dogmatisme qui n’épargnent pas le monde académique.

(1) Voir notamment, Quinze approches de la psychopathologie.