Conférence CogniSciTech, Design

  • Imprimer

Le Laboratoire des Usages en Technologies d'information Numériques (UMS CNRS 2801) vous invite

le 3 avril 2012 à 14h30

à la Conférence CogniSciTech – CogniCité du laboratoire LUTIN

DESIGN, COMPLEXITY AND LIFE-CRITICAL SYSTEMS par Guy BOY

Guy Boy est professeur de classe exceptionnelle au Florida Institute of Technology où il est aussi directeur du Human-Centered Design Institute (HCDi); Directeur de Recherche en Human-Centered Design au NASA Kennedy Space Center, Chercheur au Florida Institute for Human and Machine Cognition (IHMC). Membre Titulaire de l’Académie de l’Air et de l’Espace, ancien président du European Institute of Cognitive Sciences and Engineering (EURISCO International) et co-fondateur de l’Ecole Nationale Supérieure de Cognitique (Institut de Cognitique); Bordeaux, France


Lieu
Cité des sciences et de l'industrie  (Métro: Porte de la Villette)
30, avenue Corentin Cariou - 75930 Paris cedex
Salle Jean-Painlevé / Médiathèque / niveau - 1

Résumé..
La conception anthropocentrée n’est pas une approche nouvelle en conception. Le domaine de l’aéronautique et de l’espace est un bon exemple de systèmes à risques dans lequel la conception participative est totalement intégrée, mettant en jeu des pilotes d’essais et des ingénieurs de conception autant que les autres acteurs de la communauté aérospatiale. Nous devons tous comprendre ce que nous voulons faire des technologies, comment nous devrions nous organiser pour une vie meilleure et finalement trouver qui nous sommes et sommes devenus. La conception anthropocentrée se développe pour toutes ces raisons et problèmes. Je mettrai l’accent sur le sens commun éduqué (ou bon sens) comme un processus cognitif absent dans notre société actuelle. Habituellement, les gens utilisent l’inférence abductive pour prendre des décisions lorsque la sécurité est en jeu. L’abduction demande de l’expertise et de l’expérience pour faire des hypothèses et rapidement éliminer les alternatives improbables. Elle demande aussi de l’audace et de l’intuition, ainsi qu’une compétence et une culture les plus grande possibles. La résolution de problèmes en situation à risque par exemple est toujours une question de complexité : complexité du problème à résoudre, et complexité de la solution à mettre en œuvre. Nous analyserons la complexité en termes d’interaction entre agents impliqués dans la situation (trois modèles d’interaction seront proposés); Concevoir dans un monde multi-agents crée des situations non-linéaires qui peuvent conduire à plusieurs futurs possibles et, plus important, des propriétés émergentes que l’on doit identifier. De plus, les choses évoluent avec le temps et demandent une attention constante, une conscience de la situation et par conséquent les bons modèles pour observer et agir. Finalement, une bonne résolution de problème dépend de la façon dont les agents sont organisés cooperativement pour trouver des solutions. C’est pour toutes ces raisons que l’analyse des fonctions cognitives peut être très utile. Des exemples aéronautiques et spatiaux seront utilisés.