1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

La vie de notre laboratoire, les chercheurs, les membres qui sont mis à l'honneur

mais aussi les conférences, les colloques nationaux et internationaux, les revues, journaux, livres...


 

Thèse Laurence Moscardini

 

Mercredi 2 juillet 2014 à 10h

Laurence Moscardini soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : "De l'étude de la créativité en conception à son assistance : rôle de l'expertise et des sources d'inspiration".

Résumé : 

Les sources d’inspiration ont un rôle central lors de l’activité de conception créative. Nos travaux de thèse ont pour objet d’étude les processus cognitifs d’évocation de ces sources d’inspiration, mais aussi les moyens d’accroître la créativité avec des supports d’information externes pourvoyeurs de sources d’inspiration ou encore par une formation au raisonnement par analogie aux sources d’inspiration. Notre hypothèse générale est que l’expertise en conception créative relève de la capacité à faire des associations analogiques entre les caractéristiques de l’objet à concevoir (cible) et celles des objets dont on peut s’inspirer (sources); les objets cible et sources pouvant être de domaines proches ou distantes. Il s’ensuit que la capacité à évoquer de sources d’inspiration internes, à utiliser des sources d’inspirations externes fournies par un système d’aide, ou encore à apprendre à tirer profit du raisonnement par analogie sont des compétences qui dépendent du niveau d’expertise en conception créative.

Pour tester ces hypothèses, nous avons réalisé une série de trois études expérimentales avec la participation de concepteurs professionnels et d’étudiants en conception de produit. La première étude (expériences 1a et 1b) a eu pour but d’analyser le processus d’évocation de sources lors de la résolution d’un problème créatif. Pour cela, outre le niveau d’expertise en conception créative des participants, nous avons fait varier le type de consigne avec l’ajout ou pas d’une source d’inspiration. L’évaluation créative des productions des participants a été faite par des juges experts dans le domaine. Elle indique que la présence d’une source d’inspiration fait produire des solutions qui sont jugées plus créatives et originales et qui, pour les experts, sont surtout basées sur la production d’analogies inter-domaines.

La deuxième étude (expériences 2a et 2b) a été conduite afin d’évaluer l’effet de l’utilisation d’un système d’aide à l’activité créative de concepteurs experts et novices. L’évaluation des productions par des juges montre que ce sont celles pour lesquels les concepteurs n’ont pas utilisé de système d’aide qui reçoivent le meilleur score de créativité. L’utilisation du système d’aide entrainant une diminution de l’activité d’esquisse et une diminution du temps de résolution.

La troisième étude a été réalisée avec des concepteurs novices dans le but de mesurer l’effet d’une formation au raisonnement par analogie qui est sensée accroître l’expertise à l’utilisation de sources d’inspiration. Elle montre que la formation fait produire des solutions jugées plus créatives, basées sur un nombre plus important d’associations inter-domaines.

Les travaux de thèse ont ainsi pu mettre en évidence les conditions qui favorisent l’émergence d’idées créatives de la part de concepteurs, ceci via des résultats expérimentaux. Sur cette base et selon l’approche de la psychologie cognitive ergonomique, l’identification des principaux processus cognitifs qui interviennent dans l’activité créative a permis l’évaluation d’un système de support à l’activité des concepteurs experts ainsi qu’au développement d’une formation pour la stimulation de la créativité de concepteurs novices.

 

Mots clés : activité de conception, créativité, analogie, expertise, outils d’aide, outils de stimulation

 

Membres du jury : 

  • Todd Lubart (Université Paris Descartes) ; 
  • Nathalie Bonnardel (Université d'Aix-Marseille I) ; 
  • Farid El Massioui (Université Paris 8) ; 
  • Aline Chevalier (Université Paris 10) ; 
  • Carole Bouchard (ENSAM) ; 
  • Charles Tijus (Université Paris 8)

Lieu : 

Université Paris 8 - Salle des Thèses (2, rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis cedex 2)

Espace Deleuze

Bâtiment A, 1er étage (face à l'amphithéâtre A2)

Métro : Saint-Denis Université (Ligne 13)

 

Parution dans L’année psychologique : « Le développement de la représentation de l’apparence-réalité entre 3 et 5 ans : une question d’abstraction et d’intégration des propriétés perceptives et fonctionnelles de l’objet ? »

 

L’article de Arnaud Santolini, Agnès Danis, Cécile Bourdais, Laure Bruneau et Charles Tijus, intitulé « Le développement de la représentation de l’apparence-réalité entre 3 et 5 ans : une question d’abstraction et d’intégration des propriétés perceptives et fonctionnelles de l’objet ? » a paru dans L’année psychologique, 113 (4), pp. 547-577. 

Résumé :

Notre recherche porte sur le développement des représentations des propriétés perceptives et fonctionnelles des objets dans des tâches d’apparence-réalité chez 64 enfants âgés de 3 à 5 ans. Les tâches choisies comprennent divers objets ambigus : réalistes et symboliques, et fictifs lors d’un dessin animé, permettant de manipuler la proximité entre la fonction évoquée par l’apparence de l’objet et la fonction liée à sa réalité. La recherche vise à étudier la capacité de l’enfant à changer de représentation sur l’objet dans un paradigme équilibré : retour de la réalité à l’apparence après démonstration de la propriété réelle et retour de l’apparence à la réalité avec démonstration de la propriété fictive. Les résultats montrent, chez les 3 ans, une prépondérance des « erreurs phénoménistes » pour les objets symboliques et la tâche de dessin animé, mais une prépondérance des « erreurs réalistes » pour les objets réalistes. Les réponses des 4 ans sont mar- quées par une centration sur les propriétés fonctionnelles, et cela à toutes les épreuves. Ce n’est qu’à partir de 5 ans que les enfants résolvent le problème de l’identité de l’objet et peuvent aisément changer de représentation. Les résultats sont discutés en privilégiant la théorie de H. Wallon.

Analyse de la motricité oculaire

En association avec le GREYC (https://www.greyc.fr), le laboratoire CHArt de l’EPHE (http://www.cognition-usages.org/chart2/) met en place un système d’analyse de la motricité oculaire dans le musée de l’île de Tatihou (http://tatihou.manche.fr/avis-grand-frais-expositions-musee-tatihou-normandie-50.asp).

Ce dispositif installé de façon permanente durant l’exposition (5 avril au 11 novembre 2014) étudie comment les visiteurs explorent visuellement les tableaux qui leur sont présentés permettant ainsi de comparer le regard des visiteurs à celui de l’expert et à celui de l’artiste.

 (Marine de Plattemontagne. Coll. Musée de Tatihou)

 

 

 

 

Parution dans Brain and Cognition : "Conceptual priming for realistic auditory scenes and for auditory words"

 

L'article "Conceptual priming for realistic auditory scenes and for auditory words. An electrophysiological approach" d'Aline Frey, Mitsuko Aramaki & Mireille Besson vient de paraître dans la revue Brain and Cognition, 84 (1), pp.141-152.

En voici le résumé :

Two experiments were conducted using both behavioral and Event-Related brain Potentials methods to examine conceptual priming effects for realistic auditory scenes and for auditory words. Prime and target sounds were presented in four stimulus combinations: Sound-Sound, Word-Sound, Sound-Word and Word-Word. Within each combination, targets were conceptually related to the prime, unrelated or ambiguous. In Experiment 1, participants were asked to judge whether the primes and targets fit together (explicit task) and in Experiment 2 they had to decide whether the target was typical or ambiguous (implicit task). In both experiments and in the four stimulus combinations, reaction times and/or error rates were longer/higher and the N400 component was larger to ambiguous targets than to conceptually related targets, thereby pointing to a common conceptual system for processing auditory scenes and linguistic stimuli in both explicit and implicit tasks. However, fine-grained analyses also revealed some differences between experiments and conditions in scalp topography and duration of the priming effects possibly reflecting differences in the integration of perceptual and cognitive attributes of linguistic and nonlinguistic sounds. These results have clear implications for the build-up of virtual environments that need to convey meaning without words. 

 

Conférence du Pr Masakazu Suzuki

Pr Masakazu Suzuki, de l'Université de Kyushu au Japon, président de la fondation "Science Accessibility Net" viendra nous présenter 


"Robust method of mathematical formula recognition"

le jeudi 13 décembre 2012 à 16hsalle C212, campus Paris 8-StDenis, métro St Denis Université.

L'équipe du Pr Suzuki, via un réseau d'universités au japon, a développé depuis de nombreuses années le projet Infty, basé sur un algorithme unique de reconnaissance optique de caractères dans le domaine scientifique, capable de reconnaître les formules mathématiques les plus complexes, dans le but de les transcrire en Braille. Différents logiciel d'édition et de manipulation de formules mathématiques ont été dérivés de ce projet, y compris ChattyInfty, un logiciel d'édition et de manipulation de formules mathématiques entièrement vocal.